Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Connexion utilisateur

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Répondre au commentaire

Turquie : les applications du « Théâtre de l'opprimé » d'Augusto Boal 2

Deux livres d'Augusto Boal ont été traduits en turc, et plusieurs journaux ou revues ont présenté son travail et son « Théâtre de l'opprimé ». Nous utilisons habituellement ses méthodes lors de nos formations à la non-violence, en particulier le « théâtre sculpture » et la « dramaturgie simultanée » ; nous nous en servons aussi dans nos vies. Les techniques de Boal offrent des réponses simples et créatives à des situations stéréotypées ; par exemple, si quelqu'un vous fixe comme un objet sexuel, quoi de plus simple que de vous fourrer le doigt dans le nez ?

Théâtre sculpture (ou théâtre d'image)

Cette méthode utilise le langage du corps pour explorer des concepts. On demande aux participant/e/s de « sculpter » leur propre corps (ou celui d'un autre) pour exprimer une idée. Elles/ils rejoignent ensuite un groupe pour former une « sculpture » ou image d'ensemble. Nous avons ainsi exploré des concepts comme « la guerre » et « la paix » ; par exemple, en utilisant la forme des corps des participant/e/s et leur relation mutuelle pour exprimer différentes facettes du conflit dans la dynamique de la guerre. Nous demandons aussi au groupe de « dynamiser » la sculpture d'ensemble de la « guerre » en la transformant en « paix ». Cet exercice favorise une ambiance agréable et active dans le cadre de laquelle on peut débattre des obstacles que l'on risque de rencontrer durant la transition de la guerre à la paix.

Théâtre forum (ou « dramaturgie simultanée »)

Une méthode consiste à représenter un scénario dans lequel arrive quelque chose que vous souhaitez prévenir ou modifier. Vous réélaborez alors le scénario ; des personnes du public peuvent interrompre, demander un « gel » de l'action et formuler une suggestion pour un point que l'un des personnages pourrait faire d'une façon différente. La personne qui a fait la proposition assume alors le rôle du personnage en question et teste son idée. Nous avons utilisé cet exercice avec des groupes allant jusqu'à vingt femmes, en recourant au scénario du harcèlement sexuel à un arrêt de bus ou pendant un trajet. On demande aux participantes : « Que pourrait-elle faire pour empêcher ce harcèlement ? ». Lorsque quelqu'un présente une suggestion, il prend part au scénario pour tester son idée. Nous mettons en pratique dans notre vie personnelle une ligne d'action que nous avons apprise grâce à cette méthode et nous partageons cette expérience avec d'autres groupes et d'autres personnes. (Voyez l'exercice « Théâtre forum », p. .)

Théâtre invisible

C'est une « performance » qui se déroule dans la rue ou à un endroit inattendu, plutôt que dans un théâtre. Un bon endroit pour le faire à Izmir, c'est sur le ferry, en particulier à une heure de pointe. Une année, le 25 novembre – journée internationale contre les violences faites aux femmes –, nous avons représenté la scène d'un homme qui harcelait une femme. D'autres membres du groupe, qui étaient mêlés aux passagers, ont amorcé une discussion, en expliquant à la fin du court trajet en ferry que l'homme jouait un rôle et qu'il s'agissait en vérité d'un ami à nous, mais qu'en revanche le fait que des femmes vivaient tous les jours ce genre de situation était, lui, bien réel. Après notre deuxième expérience de théâtre invisible, nous avons invité des passagers à une conférence de presse après coup. Quelques-unes des femmes présentes ont souhaité garder le contact. Une fois, nous avons réalisé un « théâtre invisible » sur les enfants et la violence mais, quand nous avons eu fini, un des participants s'est plaint que nous l'ayons exposé à une mise en scène dérangeante contre sa volonté.

Théâtre journal

Cette méthode s'utilise généralement durant des actions de rue, notamment lorsque l'on fait des déclarations pour la presse ou que l'on recueille des signatures contre les violations des droits humains. Cela donne l'occasion d'attirer l'attention des personnes. Nous avons créé notre propre journal, qui ressemblait à un journal turc ordinaire, et nous l'avons lu au public du haut d'une estrade. Nous avons recouru à cette technique pour mettre en scène un fait de nos vies quotidiennes et attirer l'attention du public sur un point : qu'une guerre est toujours en cours en Turquie et que, alors que les médias ne couvrent pas cette actualité, nous devons en être conscients.

(Asterisco) Pour plus d'information sur le Théâtre de l'opprimé, rendez-vous sur la page http://www.theatreoftheoppressed.org.

Répondre

War Resisters' International is currently in maintenance. During this maintenance it is not possible to add or edit content (like comments and pages).