Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Inicio de sesión

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Dissoudre l’Otan: une alliance pour la guerre

L’Otan avait été fondé ostensiblement pour defender l’Occident “ libre ” contre expansion soviétique. Pourquoi donc l’Otan n’a pas été dissous quand l’Union soviétique s’est désintégrée et que le pacte de Varsovie s’est aboli ? La raison est tout à fait simple : parce que l’Otan est devenu le principal véhicule pour la coordination de la stratégie militaire occidentale. Ci-dessous, se trouve un appel pour les militant/e/s de la paix pour qu’ils s’engagent à faire augmenter la demande de dissolution de l’Otan.

Pendant la guerre froide, l’Otan développait des politiques de “ première frappe ” et “ d’usage en premier ” des armes nucléaires, ceci imposait une “ standardisation ” des opérations militaires de ses membres, augmentait leurs niveaux de dépenses militaires, ainsi que cela construisait une infrastructure militaire globale de bases et de commandement, de systèmes de contrôle et de communications.

Depuis 1990, l’Otan s’est élargie, en nombre de membres, dans son influence sur la politique, et dans la portée de ses opérations. L’Otan oblige ses membres à dépenser des montants écœurants pour des armes, et sa coopération toujours plus proche avec l’Union européenne a créé une puissante politique de lobby en faveur de l’accroissement des budgets militaires et la modernisation des armements. Tout ceci a eu lieu principalement sans débat public. Par exemple, en dehors de la mouvance pacifiste, peu de gens savant que les “ prêts d’aide “ de l’UE à la Grèce lui servent à maintenir un montant absurdement élevé de dépenses militaires, incluant l’achat de nouvelles frégates, hélicoptères, avions et sous-marins, auprès de l’UE et de partenaires de l’Otan, comme la France et l’Allemagne.

Aujourd’hui, les dépenses militaires de tous les membres de l’Otan se montent à plus de 70 % des dépenses militaires mondiales. L’Otan combat dans une guerre majeure en Afghanistan, commandant plus de 100 000 hommes de ses pays membres et d’États non membres. Il soutient aussi la guerre en Irak. Les autres opérations de l’Otan incluent la KFOR au Kosovo, une prétendue opération antiterroriste dans la Méditerranée, et une autoproclamée opération antipiraterie au large de la Corne de l’Afrique. Le but premier de l’Otan est aujourd’hui l’intervention militaire.

La “ démocratie ” a été centrale pour la rhétorique de l’Otan – pas dans ses pratiques. Historiquement c’était lié avec les opérations secrètes menées d’habitude par des “ services “ de divers États membres travaillant de concert. Aujourd’hui, l’Alliance reste antidémocratique : dans ses objectifs – consolidant l’injuste distribution mondiale du pouvoir : dans ses influences – imposant ses volontés sans regard des opinions contraires : dans ses processus politiques – habituellement élaborés en secret et fondés sur des analyses d’autojustifications : et dans ses opérations quotidiennes – une bonne illustration en est, dans ceux des pays qui avaient décidé de ne pas participer à la guerre d’Irak, et dont maintenant les infrastructures militaires sont utilisées non seulement pour les opérations militaires de soutien aux États-Unis, mais aussi pour des pratiques de détention illégale et de torture similaires à celles de Guantanamo.

À travers des partenariats et des accords de coopération, l’Otan s’est transformé en un acteur mondial croissant. Il se dresse pour le maintien du statu quo mondial, pour la protection militaire et le renforcement de l’économie occidentale, pour ses ressources et les intérêts hégémoniques, et en conséquence pour l’exploitation des pays du Sud.

AttachmentSize
DissolveNATO-October-French.pdf121.09 KB