Érythrée : De nouvelles « recrues » à l'appel

De source officielle en date du 5 juillet 2007, la fournée annuelle de conscrits érythréenEs a commencé sa formation militaire obligatoire, renflouant ainsi une armée qui est déjà considérée comme la plus nombreuse de l'Afrique sub-saharienne. Les adolescentEs de tous le pays ont été envoyéEs au centre d'entraînement militaire de Sawa, à l'ouest de l'Érythrée, pour "remplir leur obligation nationale", indique un communiqué du ministère de l'Information sur son site Internet. Tous les garçons et toutes les filles du pays doivent passer leur dernière année de lycée à Sawa, tout en suivant une instruction militaire intensive.

Des contrôles stricts de sécurité et des rondes surprises signifient que ceux et celles qui manquent à l'appel seront ensuite envoyés de force, faisant face à de fortes punitions.

Le régime à Sawa, qui est conçu pour développer ce que l'armée appelle “texawarnetn miximamn” (endurance et énergie), comprend de longues marches, de l'inactivité et un régime privatif : les étudiantEs sont réveilléEs à 4 h 30 et ne reçoivent leur premier repas qu'à midi.

Les étudiantEs conscrits de la fournée précédente se sont plaints de l'état des services médicaux à Sawa. Ils et elles signalent que personne n'est transféré vers un hôpital, même en cas de situation critique. Toute personne soufrant de paludisme, de pneumonie ou de spasme doit se contenter d'un calmant. CertainEs révèlent l'existence de morts évitables ou de delirium dus à la négligence et à des transferts trop tardifs vers l'hôpital de Keren.

Sources : L'Independent Online d'Afrique du Sud (6 juillet 2007), Awate.com le 4 juillet 2007, Warsay, Arkebe & Now "Ygermenalo"