Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Inicio de sesión

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

L'IRG condamne l'EULEX dont l'enquête se trompe de cible

ARRÊT DES POURSUITES ENVERS ALBIN KURTI

Le 27 janvier 2010

À toutes les personnes concernées

Le 10 février 2007, la police de la mission de l'ONU au Kosovo a ouvert le feu au flashball sur des manifestant-e-s désarmé-e-s à Pristina tuant deux personnes. Les policiers concernés sont depuis retournés dans leur pays, en l'occurrence la Roumanie, sans avoir du rendre compte de leur acte devant la justice. Aujourd'hui, EULEX, la mission de Justice de l'Union Européenne au Kosovo, a réouvert une procédure contre Albin Kurti, le porte-parole du mouvement Vetëvendosje qui avait organisé la manifestation.

Kurti sera à nouveau entendu le 15 février, après avoir passé la plus grande partie de 2007 en détention ou assigné à résidence. Il fut alors mis en examen pour « tentative de mise en danger générale et/ou de destruction de propriété à grande échelle », d'obstruction à la force publique et d'incitation à forcer un cordon de police. L'affaire fut ajournée début suite au refus du barreau des avocats du Kosovo de coopérer, mais il apparaît qu'EULEX s'empare à nouveau de l'affaire sans envisager de compensations pour les familles des victimes ni de rouvrir l'enquête quant l'action de la police.

L'Internationale des résistant-e-s à la Guerre – une organisation pacifiste forte de plus de 80 sections dans plus de 40 pays, réunie en assemblée générale à Ahmedabad, en Inde – dénonce ce harcèlement d'un militant social en lien avec l'IRG depuis 1997. Le contraste est saisissant au regard de l'absence de responsabilité incombant aux membres de l'UNMIK, l'administration de l'ONU alors en place face, dont ceux qui ont tué des personnes désarmées ou qui sont soupçonnés de corruption.

L'IRG exige la fin des poursuites contre Albin Kurti et le respect par EULEX de celles et ceux qui, au Kosovo, y critiquent les institutions internationales, y compris les critiques extra-parlementaires prêtes à utiliser la désobéissance civile.

Howard Clark
(président, Internationale des résistant-e-s à la guerre) au nom de l'assemblée générale quadriennale de l'IRG à Ahmedabad, Inde, le 27 janvier 2010.