Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Inicio de sesión

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Le commerce de la guerre

Le mercantilisme guerrier a une longue et odieuse histoire. En revanche, dans l’âge du néo-libéralisme – pendant lequel la privatisation à grande échelle a pris place – les profiteurs de guerre ont trouvé de nouvelles opportunités pour accumuler des profits énormes. À la suite des attaques du 11 septembre, notamment, le lancement de guerres d’agression par les États-Unis et ses alliés a permis aux corporations militaires et non-militaires de s’enrichir d’une ampleur qui n’a jamais été témoignée dans l’histoire. Par exemple, Halliburton a fait $39.5 milliards à travers des contrats octroyés sans appels d’offre, des surfacturations excessives, et l’exploitation de travailleurs au cours de la guerre contre l’Irak. Certains disent que Dick Cheney, PDG d’Halliburton jusque 2000 et vice-président des États-Unis au temps de l’invasion de l’Iraq, a supporté la guerre afin de secourir sa compagnie pétrolière en difficulté.

Les profiteurs de guerre apparaissent sous plusieurs formes, telles que des marchands d’armes, des hommes politiques, des scientifiques au service de l’armée, et des contractants militaires. Selon Stephen Lendman, « Les profiteurs de la guerre se trouvent dans une classe isolée. Ils s’épanouissent grâce à la guerre. Ils en dépendent. Leurs compagnies nécessitent des conflits et de l’instabilité pour prospérer. Plus il y a de guerres en cours, plus les profits potentiels sont importants. » (« Rendre le monde sain et sauf pour les profiteurs de guerre, » Global Research, 16 décembre 2013.)

Les victimes des profiteurs de guerre sont non seulement des citoyens des pays contre qui la guerre est menée, mais également les contribuables au sein du pays agresseur. En jouant sur la peur reliée à la sécurité et en faisant appel au patriotisme, les profiteurs de guerre arrivent à leurs fins relativement facilement. Souvenez-vous des propos de Tony Blair disant que l’armée iraquienne était capable d’utiliser des armes chimiques et biologiques 45 minutes après avoir reçu un ordre.

Comment pouvons-nous mettre fin au mercantilisme guerrier? La réponse évidente est d’abolir la guerre, mais ceci demeure un but irréalisable pour l’instant. Notre défi, dans ce cas, est de trouver des moyens de s’opposer aux profiteurs de guerre, et de dévoiler leur cupidité et corruption. Par-dessus tout, il est nécessaire de promouvoir la démilitarisation sans relâche chez nous ainsi qu’à l’étranger; ceci priverait les profiteurs de guerre de leurs primes non-méritées.

Dans une certaine mesure, les guerres ne peuvent qu’être menées et soutenues à travers le support populaire. Les hommes politiques bellicistes – en collaboration avec les sociétés médiatiques – manipulent l’opinion publique afin de promouvoir leurs agendas cachés. Malgré s’être laissé leurrer plusieurs fois à travers la propagande et les allusions au patriotisme, le caractère militaire et industriel des médias continue avec succès à dépouiller les contribuables et à utiliser la jeunesse en tant que chair à canon. Un facteur important qui a permis aux empires Britanniques et Américains de croître et survivre pour si longtemps était le lavage de cerveau de leurs citoyens. Notre tâche est d’explorer les différents moyens d’encourager les citoyens de se révolter face à l’acceptation passive de la rhétorique de guerre racontée par les hommes politiques et les médias, qui sont en réalité les agents des profiteurs de guerre. En d’autres mots, l’étendue de l’Internationale des Résistants à la Guerre a besoin de se répandre de manière globale, afin que l’organisation ait une présence et une influence bien au-delà son étendue actuelle.

Le 15 février 2003, environ dix millions de manifestants sont sortis dans les rues dans beaucoup de pays afin de s’opposer à la guerre en Irak. Une telle mobilisation nous a démontré qu’il y avait une opposition forte et globale contre la guerre, mais les décideurs/profiteurs de guerre n’ont néanmoins pas changé leur plan d’action. Nous devons considérer quelles leçons ont été tirées de nos expériences passées, et ce qui peut être accompli afin d’être plus efficaces dans notre opposition à ceux qui profitent de la guerre.

Gunvant Govindjee et Seungho Park

Traduction: Yoann Re