Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Inicio de sesión

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Comité des victimes contre l’impunité

Après treize ans au pouvoir, il y a de nombreux problèmes non résolus au Venezuela, en dépit des promesses du gouvernement du président Chávez. L’un d’entre eux est l’impunité de la police et des militaires, avec leurs violations du droit à la vie.

Dans les quartiers pauvres de Barquisimento, la cinquième ville du pays, les familles, dont les parents ont été assassinés ou maltraités par les policiers ou les militaires, ne pouvaient plus accéder à un avocat pour les représenter. En 2004, elles forment un comité populaire pour s’organiser elles-mêmes, appelé le « Comité des victimes contre l’impunité » (Covicil en espagnol).
Les membres de Covicil incluent des victimes directes et indirectes, qui n’ont pas reçu de réponses à leurs demandes au sujet des violations des droits humains.

Depuis ces huit dernières années, Covicil a dénoncé 400 cas de violations des droits humains par la police et par les officiers militaires. Seuls trois cas ont débouché sur une sanction par la justice, preuve du haut degré d’impunité. En plus des dénonciations, Covicil aide les familles des victimes avec le travail sur les paperasses officielles.

Récemment, leur travail a été regroupé dans un livre « Impunité et pouvoir : histoire des violations des droits humains à Lara (2000 – 2011) », l’édition a été soutenue par Rafael Uzcategui, membre élu du conseil d’administration de l’IRG, qui a travaillé avec Covicil depuis plusieurs années.
L’an dernier, Rafael a organisé une délégation de l’IRG, qui a visité Covicil et entendu des témoignages de première main sur l’impact de l’impunité des militaires et policiers. Elle a rencontré Victor Martinez, le père de Mijail, assassiné à 24 ans, probablement à cause de son soutien à Covicil. Elle a vu que les familles des victimes se sentaient en sécurité à Covicil, elles y partagent leurs histoires et se soutiennent les unes les autres, s’occupant de leurs traumatismes liés à la violence policière et au manque de justice.

Rafael Uzcateui
(traduit par René Burget)