Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Inicio de sesión

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Editorial

Comme le note Howard dans son introduction, tous les mouvements sociaux ressentent de la peur. Celle-ci est souvent engendrée par la répession. Il y a cependant moyen de dépasser ces peurs. Ce numéro du Fusil brisé se penche sur différentes expériences de peurs et de répression, et comment y faire face.

Les articles d'Abraham et Myungjin nous renvoient aux conséquences personnelles de la répression. Myungjin raconte de manière très forte comment il a géré une condamnation à dix-huit mois de prison en Corée du sud. Abraham nous parle du sentiment de crainte qui habite la diaspora érythréenne d'avoir parler contre le régime en place. Des membres de cette communauté trouve du soutien mutuel et de la ressource en ligne.

Le texte de Miguel pointe aussi l'utilité du réseautage social pour rassembler les gens, en l'occurence pour le mouvement du 15 mai en Espagne.

Will et Ruth nous indiquent comment leurs mouvements respectifs, en Israël et en Grande Bretagne, ont répondu à la répression étatique, donnant des exemples d'enquêtes et d'infiltrations.

Nous lisons dans la contribution de Christine le rôle de la solidartié internationale à travers l'accompagnement. Thématique qui se poursuit dans l'article d'Hannah où elle explore les peurs qu'elle a ressenties en tant qu'observatrice dans les territoires palestiniens occupés.

Sarah écrit sur le pouvoir de l'entraide de groupe à groupe, entre l'Allemagne et la Biélorussie dans son cas.

Enfin, Owen examine la répression qui peut exister au sein des mouvements militants, laquelle engendre des craintes d'un tout autre ordre.

Nous espérons que ce recueil d'expérience vous donnerons des idées pour faire face à vos craintes et à la répression dans le contexte qui est le vôtre.

Owen Everett and Hannah Brock
(traduit par Tikiri)