Initiative contre les profiteurs de guerre

L'économie est un des principaux pilleurs qui soutient la guerre et la militarisation. C'est en temps de guerre que les entreprises de la "défense" tirent leurs bénéfices les plus mortels. C'est devenu une évidence en Afrique, où les gouvernements prônant la paix dans la région, facilitent dans un même temps le commerce des armes légères et l'exploitation des ressources naturelles.

Le trafic des armes légères est un risque majeur pour la sécurité des populations partout en Afrique centrale et orientale, encourageant la criminalité tout en alimentant et prolongeant le conflit. Les armes légères et de petit calibre telles les fusils d'assaut sont particulièrement adaptés aux combats «contraires aux règles_», qui sont encore légion dans la région, en raison de leur côté bon marché, facile d'utilisation, largement disponible et fiable. Les armes blanches comme les machettes ont aussi été largement utilisées au Rwanda et au Burundi.

Des millions de personnes sont mortes dans la région et l'approvisionnement en armes continue de croître tant vers les gouvernements que vers les forces rebelles.

En 2000, dix pays ont signé la Déclaration de Nairobi sur le problème de la prolifération des armes légères et de petit calibre. Le Comité des chefs de police de l'Afrique de l'Est a été créé en 2002. Ce comité a mis en place un programme d'enregistrement et de classification des armes à feu. Cependant, l'instabilité perpétuelle reste un défi majeur pour ces initiatives comme pour d'autres.

Les trois plus importants exportateurs, en valeur, d'armes légères étaient en 2006 : les États-Unis d'Amérique, la Russie et la Chine, avec respectivement 533_000000, 130_000_000 et 100000_000 $ (un peu moins d'euros).

La campagne Control Arms estime que plus de 600 millions d'armes légères sont en circulation et qu'au moins 1_135 entreprises basées dans plus de 98 pays différents produisent ces armes légères, les différents éléments qui les composent et les munitions. Au niveau mondial, une moyenne de 500_000 personnes meure à cause des armes légères chaque année.

L'exploitation des ressources naturelles et particulièrement des minéraux en Afrique est aussi une manière de profiter de la guerre. Dans de nombreux cas, cette exploitation entraîne des déplacements de populations, et alimente des conflits locaux comme ce fut le cas au Congo-RDC.

L'Internationale des RésistantEs à la Guerre développe une initiative mondiale contre les profiteurs de guerre avec l'objectif de coordonner et soutenir des campagnes locales au niveau international.