Ateliers

Environ 40 ateliers ont été mis sur pied durant les 5 jours ouvrables de la Conférence, vous pouvez consulter la liste complète sur le site de l'IRG.

Groupe de travail sur l'Afrique

Matt Meyer ouvrit la réunion en rappelant les origines de ce groupe de travail, monté lors de la Triennale du Brésil. Il expliqua l'évolution des premiers contacts établis avec les groupes ou individus des pays africains francophones et anglophones, et montra la difficulté à créer comme à maintenir les liens.

Afrique du Sud

que du Sud post-apartheid, une personne peut être tuée pour un paquet de cigarettes.

D'un autre côté, l'Afrique du Sud est un pays passionnant- le seul pays qui a détruit volontairement son propre arsenal nucléaire, le seul pays où les militants pour la paix ont des réunions et des rencontres avec le Ministre de la Défense, le seul pays où le gouvernement soutient la transformation des rapports entre les sexes. Il y a un problème sérieux avec la production et la vente des armes -les joujoux des soldats qui constituent nos Forces de Défense- mais il y a des efforts vers la conversion, pour utiliser d'autres méthodes, et l'industrie de l'armement doit faire face à de sérieuses réductions budgétaires chaque année. Ces aspects de la nouvelle Afrique du Sud aident à promouvoir un plus large combat pour les Droits humains

La Commission sur l'Egalité des Sexes que Farid dirige est partie intégrante de ce large projet d'humanisation. Bien que généralement en partenariat avec le gouvernement, la Commission a le pouvoir d'investigation, de citation de témoin, de recherche et de saisie de documents- y compris ceux des bureaux du gouvernement et des officiers.

Tchad
Koude commença par parler des 30 ans de guerre civile que le Tchad a connu. "Encore aujourd'hui, nous vivons dans une culture de violence" constatait-il. En dépit du fait que la non-violence est très difficile à mettre en place dans la société tchadienne, la société civile tchadienne - incluant Tchad Non-Violence (TNV) et de nombreux autres groupes- propose d'interdire le port d'armes. "Il y a tellement de fusils, de couteaux et d'armes traditionnelles, qu'il est facile pour tout conflit de dégénérer violemment."

Depuis 1990, le Tchad est officiellement en processus de démocratisation, mais nombre d'organisations civiques n'y croient pas et pensent qu'il ne s'agit d'autre chose que de discours venus d'en haut. Début 1993, après une conférence nationale de la société civile, des demandes de formation concernant l'éducation à la paix et les Droits de l'Homme ont été formulées. Depuis, le gouvernement n'a toujours pas répondu bien que TNV et d'autres groupes aient commencé de travailler sur des bases volontaires.

A la séance plénière de clôture de la Triennale, Koude a mis la lumière sur l'importance d'un lien IRG-Afrique. "Cette conférence a donné un cadre à nos échanges." A-t-il noté. "Au Tchad, il y a deux manières pour devenir célèbre- être chef de guerre ou s'engager dans l'anti-politique des discours vides. Le temps est venu de mettre un point final à tout cela. Nous devons planter une petite graine, mais celle-ci grandira. Nous devons continuer de travailler ensemble, et ainsi nous moissonnerons les bénéfices de ces graines."

Travail supplémentaire de IRG/Afrique
Michel Monod nous a présenté son travail le plus récent (Janvier 97) avec des groupes du Congo-Brazzaville. C'était une période tendue du fait des élections et de la prolifération des armes dans le pays. Michel dirigeait un petit atelier de non-violence et nous a fait part d'un message du président de l'Association Non-Violente du Congo.

Bindi, quant à elle, mentionna qu'elle venait juste de travailler au Niger où elle conduisait deux jours de stage sur la résolution des conflits avec CARE.

Futurs travaux
Des membres du groupe font une mise à plat dans deux secteurs majeurs: ouvrages publiés/éducation et conférences/action de soutien. Concernant les publications et le travail d'éducation, il a été convenu que, lorsque cela serait possible, les membres publieraient des articles dans des publications nationales et régionales faites pour les communautés d'Africains expatriés.

(Compte-rendu de Matt Meyer, plus d'informations sur le site de l'IRG)

Atelier sur l'Algérie

Un atelier spécial a été mis en place par Maurice Montet (UPF, France) couvrant le sujet des dures conditions des déserteurs et conscrits en Algérie. Des campagnes en faveur du droit d'asile se développent dans plusieurs pays, avec parfois l'engagement de membres de l'IRG.

Les points suivants ont été décidés:

  • Maurice Montet, René Burget et l'UPF seront chargés de collecter l'information sur les statuts des Algériens à l'étranger, sur les politiques nationales relatives au droit d'asile et sur les traitements réservés aux déserteurs Algériens.
  • René, Jan et Rudi Friedrich (Allemagne) rassembleront cela dans un opuscule, les membres de l'IRG intéressés devront envoyer l'information à l'UPF avant la fin janvier 1999.
  • La journée internationale de l'objection de conscience 1999 (15 mai) devrait insister ou porter sur la situation des Algériens.
  • Des articles pour Peace News et diverses publications devront être préparés.

Education et entraînement à la non-violence

(autour de Patricio Vejar, Chili)

Patricio nous a dirigé dans un exercice utilisé dans son pays, pendant la dictature, pour aider les gens à agir malgré leurs peurs. Il nous a demandé de penser à un moment où nous étions vraiment effrayé. En silence, nous devions traduire notre peur par la position et l'expression de notre corps. Puis, il nous a réuni par paire. Il nous fut ensuite demandé de rejouer la peur de l'autre tout en sentant encore notre propre frayeur. Le guide du jeu de rôle nous rassembla ensuite par groupe de 4 et finalement nous furent en contact avec tout le groupe. La plupart des gens trouvèrent difficile de "garder" leur peur en étant confronter à celles des autres, surtout quand on sentait au sein du groupe la solidarité des uns envers les autres.

Après l'exercice nous avons eu l'occasion de mettre tout cela en pratique, quand soudainement un participant rejoignit le groupe et expliqua que des membres de son organisation avaient reçu des menaces de mort après la publication d'un article erroné les concernant dans un journal local de la région de Krajina, alors qu'ils travaillaient au soutien de réfugiés ( Bosnio-Croates et Serbo-Croates). Notre groupe l'a écouté attentivement, en partageant idées, expériences et moyens d'action, à la fin nous avons fait un cercle d'amitié et de soutien autour de lui.

(Rapporté par Vivien Sharples. Plus d'information sur le site de l'IRG.)

Sexes et langage du corps

(conduit par Imke Kreusel, Allemagne)

Nous avons tout d'abord formé des petits groupes de 3 ou 4 personnes, puis en l'espace de trois minutes nous devions créer 3 situations qui caricaturaient l'attitude homme/femme. Ensuite, nous avons présenté ces situations dans un tableau (sans geste ni parole) à l'ensemble du groupe dont les membres devaient deviner quels personnages étaient supposés être féminins ou plutôt masculins et ce que pouvaient ressentir ces personnages. Cette technique apporta rapidement à l'assistance beaucoup d'occasion de rire et de discuter en faisant un intéressant outil pouvant être utilisé pour d'autres buts. La responsable de l'atelier nous montra des photos prises à une gare, les personnes photographiées étaient des inconnus mais leurs attitudes illustraient les différences entre les sexes dans l'attitude corporelle.

Nous avons convenu que notre langage corporel a une influence sur nos sentiments et de là sur notre comportement et vice versa. Ainsi un des moyens pour nous changer est de modifier consciemment notre langage corporel, ce qui nous permettra de ressentir les choses différemment. Par exemple, si vous voulez vous exprimer fortement dans une grande réunion, il est plus difficile d'y parvenir si votre corps est recroquevillé. Si au contraire vous adoptez une tenue ample et ouverte, vous ferez plus de place à la confiance et votre voix sera plus forte. Imke nous a dit que des études européennes avaient montré que le langage du corps avait davantage tendance à correspondre aux stéréotypes des sexes entre l'âge de 15 et 25 ans, période où les personnes essaient de montrer qu'ils sont de "vrai(e)s" hommes ou femmes.

(Rapporté par Vivien Sharples. Plus d'information sur le site de l'IRG.)

Le cercle organisé : une méthode pour le travail en groupes

(Mis au point par Andreas Speck et Silke Kreusel, Allemagne)

"Le cercle organisé" est une méthode d'organisation des discussions développée par les activistes allemands afin d'aider les militants à structurer et planifier leur travail . Ainsi cet aspect souvent négligé est ici pris en totale considération.

Les différentes étapes d'un travail sont nommées: le commencement, l'analyse, le but, la stratégie, le développement des activités, la réalisation des activités et l'évaluation. Ces étapes sont listées et inscrites au sommet d'une grille tandis que les autres composantes prennent place en bas sur un autre axe: membres de groupe, valeurs et principes de groupe, ressources, structure et processus, problème et solution, communication et environnement. Le groupe rentre ainsi complètement dans la grille. Par exemple, si un groupe décide d'éclaircir ses débuts, la question des "ressources" est importante: "Quelle ressources avons nous?" ( temps, argent, espace, matériel, contact, technologie, volontaires...). Dans l'étape "le but", les buts personnels des membres du groupe doivent être ainsi mis à jour et pendant le développement de la stratégie, un groupe doit définir le groupe cible qu'il veut atteindre avec son projet.

Nous avons mis à l'épreuve des éléments de cette méthode lors de la Triennale en ce qui concerne les refus de visas ainsi que pour les personnes bloquées à la frontière. J'ai trouvé que cela était un outil efficace même si cela peut être ardu et long de remplir la grille entièrement. Cependant, nombre de groupes avec lesquels j'ai travaillé ne mettaient pas en place cette sorte de consciencieuse planification et une telle organisation de la stratégie, ou bien ne la pratiquait pas assez du fait de sa difficile mise en place. J'ai donc apprécié de découvrir cette méthode.

(Vivien Sharples. Version augmentée sur le site de l'IRG. Plus d'information quant à la méthode " Organising Circle" chez patchwork@oln.apc.org)

Effets psychosociaux du service militaire obligatoire

(Avec l'aide de Rosella Baronti, psychologue chilienne)

Dix personnes ont assisté à cet atelier, qui abordait la question des effets du service militaire obligatoire à la fois sur l'individu et sur la société dans laquelle ils vivent.

Une des questions principales résidait dans le rôle qu'a l'instruction militaire soit dans la réaffirmation soit la construction de formes d'endoctrinement social déjà entreprises par d'autres institutions. L'entraînement militaire impose des conditions sur l'articulation et l'organisation du "système psychologique" de l'individu. Cela fait de l'individu un objet, conditionné en vue de l'apprentissage mécanique, de l'acceptation sans discussion et met l'accent sur la norme plutôt que sur les réponses multiples. Ceci est à ajouter à un mélange qui inclut la discipline, le déni de l'individu, la ritualisation ainsi que d'autres actes destinés à encourager la soumission au pouvoir.

A partir des discussions qui ont suivi; il était évident que la conscience du rôle des militaires est fonction de l'expérience de chaque individu, en particulier des relations entre les civils et "leurs" militaires. Certaines personnes de pays de l'ex-Yougoslavie avaient une perspective différente -non pas exprimée ouvertement mais évidente par ailleurs- qui minimisait les caractéristiques et les conséquences de l'entraînement militaire. Ceci est probablement à cause de l'expérience récente de la guerre: leurs armées sont souvent conçues comme un allié qui les défend d'agressions extérieures.

Les thèmes comme des armées de la paix, des actions pour l'intégration continentale, la consolidation des relations militaires/civils, etc. ont récemment été introduits dans le débat public de nombreux pays. Ceci nous empêche souvent de recadrer le débat autour des questions plus fondamentales comme "pourquoi est-ce que les armées existent en premier lieu"?

(Version espagnole Rosella Baronti, traduction de l'espagnol Roberta Bacic)