Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Benutzeranmeldung

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Jeu de rôles

Durée : 20 minutes au minimum.

Objectif ou visée de l'exercice : le jeu de rôles est un exercice de simulation dans lequel les participant/e/s assument des rôles dans une situation donnée afin de se préparer à rencontrer une situation similaire ou pour évaluer une situation passée. On l'utilise pour développer une sensibilité à la tactique, les compétences individuelles et la cohésion de groupe. Le principal avantage du jeu de rôles sur d'autres outils, c'est que, par sa nature même, il sollicite les émotions aussi bien que l'intellect des personnes pendant son déroulement. Par le fait que les participant/e/s sont plus profondément impliqués en jouant un rôle qu'en débattant d'une situation, elles/ils apprennent plus de choses et probablement plus vite. Les jeux de rôles sont un outil souple, qui peut être utilisé à des fins variées, par exemple : pour analyser des situations, des théories et des tactiques ; pour comprendre des personnes et leurs rôles ; pour développer l'approche des pensées et du ressenti de ses « adversaires » ; pour anticiper des situations nouvelles ; pour mettre au jour des peurs, des appréhensions et autres sensations qu'éprouvent les personnes à propos d'une action ; pour développer la confiance et les compétences individuelles et de groupe ; et pour renforcer le moral du groupe.

Mode d'emploi / Notes pour la facilitation

Bien que les jeux de rôles puissent être très complexes et impliquer de nombreux participant/e/s, ils sont souvent pensés pour étudier une situation limitée et non pas une action complète. Réfléchissez à la pratique dont le groupe a besoin pour se préparer à une action. (Voyez « Rôles dans, avant et après une action », p. , pour déterminer les rôles pouvant être nécessaires.)

Brossez le décor, souvent grâce à peu d'éléments très simples, afin de préparer la scène et de définir les rôles, de sorte que chacun des participant/e/s comprenne le cadre physique dans lequel le jeu de rôles va prendre place. Donnez aux participant/e/s une description de leur rôle, incluant notamment les motivations et les intérêts en jeu, plutôt qu'un véritable canevas d'action à exécuter. Laissez quelques minutes pour que chacun rentre dans son rôle et, si des groupes sont prévus, pour que des tactiques puissent être ébauchées. Indiquez clairement le moment où commence et finit le jeu de rôles. Demandez aux « actrices/-teurs » de démarrer à la scène dite et de jouer leur rôle comme elles/ils le conçoivent.

Le mieux est de mettre fin au jeu de rôles dès que suffisamment de questions ont été mises au jour. Il est important que les formatrices/-teurs interviennent pour prévenir toute blessure physique ou émotionnelle qui serait infligée aux participant/e/s, et ce éventuellement en interrompant rapidement le jeu de rôles si des situations mettant les participant/e/s en danger se développent.

Après avoir mis un terme au jeu de rôles, accordez une courte pause aux participant/e/s pour qu'elles/ils se dépouillent de leurs rôles. Alors commence une évaluation. Il s'agit d'une partie essentielle de l'exercice. Souvent, il est profitable de commencer par permettre aux participant/e/s de partager les émotions qui ont surgi pendant le jeu de rôles. Si tout le monde n'a pas pu voir le jeu dans son intégralité, présenter un très bref aperçu de son déroulement est utile. Les participant/e/s peuvent partager ce qu'ils ont appris durant l'exercice. Les observatrices/-teurs peuvent échanger leurs points de vue sur ce qu'il s'est passé, ce qui a été bien, ce qui doit être amélioré, ce qui a accéléré la montée ou la réduction de la tension, etc.

Marquez le ton de l'évaluation, en aidant les membres du groupe à partager leurs impressions et leurs tensions et ce qu'elles/ils ont appris ou observé sur la tactique, la stratégie, les objectifs, la théorie de la non-violence et son application. Dissuadez toute évaluation « qualitative » de la façon dont les participant/e/s ont exécuté tel ou tel rôle. Vu qu'il n'existe pas une seule « bonne » réponse à une situation donnée, il est important d'aider le groupe à exprimer ses idées et ses solutions alternatives pour cette situation. Pour un jeu de rôles court, vingt minutes sont généralement suffisantes. Plutôt que de poursuivre les débats, il est souvent profitable de lancer un autre jeu de rôles pouvant permettre d'éprouver des options avancées durant la phase d'évaluation. Une façon de le faire consiste à répéter le même scénario de base en changeant de personnes pour les rôles ou en modifiant la situation en ajoutant de nouveaux rôles, comme les réactions de la police ou de la foule.

Une évaluation ne devrait se prolonger qu'aussi longtemps que de nouvelles questions apparaissent et que les participant/e/s explorent des problèmes et des alternatives.