Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Benutzeranmeldung

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Pourquoi faire ce que dit la/le professeur/e ?

Durée : 20 minutes.

Objectif ou visée de l'exercice : transmettre l'approche non-violente fondamentale du pouvoir – le fait que le pouvoir provient de l'obéissance rendue, et qu'il existe plusieurs sortes de sources de pouvoir. Cet exercice peut être utilisé conjointement avec « Qui a le pouvoir à l'école ? ».

Mode d'emploi / Notes pour la facilitation

Il vous faudra : un tableau de conférence, des feuilles de papier et des crayons.

Demandez aux personnes de travailler par paires. Demandez-leur de dresser une liste de toutes les raisons pour lesquelles, lorsqu'un/e professeur/e dit à sa classe d'ouvrir un livre à la page 3 et de faire l'exercice n° 1, les élèves s'exécutent. Laissez environ 5 minutes pour cette étape.

Écrivez ensuite une liste de l'ensemble des propositions, en en prenant une tour à tour dans les suggestions de chaque paire, jusqu'à la dernière. Laissez des espaces libres entre chaque élément. Servez-vous de la liste pour brosser un tableau des principales sources de pouvoir (en en débattant) et mettez en évidence la conclusion fondamentale : le pouvoir de quelques-uns dépend de l'obéissance de tous les autres.

La liste comprendra probablement :
Peur d'être puni (sanctions)
Souhait d'avoir de bons résultats aux examens (stimulants)
Parce que Mlle Dupont est tellement gentille (charisme)
Parce que c'est comme cela qu'on fait à l'école (tradition sociale, habitude)
Parce que les professeurs ont le droit de demander ce genre de choses (légitimité)
Parce que tous les autres le font (poids du conformisme)
Parce que Mlle Dupont sait des choses qui m'intéressent (connaissance, compétences)
L'idée de l'argent ou des moyens financiers comme sources du pouvoir n'apparaîtra vraisemblablement pas. En revanche, une raison comme « Parce que j'y trouve mon intérêt » modifie la dynamique du pouvoir, la/le professeur/e devenant alors un moyen pour que l'élève atteigne son objectif.

Notes pour les formatrices/-teurs

Il se peut que des professeurs, notamment, protestent en disant que le travail à l'école est un processus de coopération et d'échanges, mais l'analyse présentée ici a été confirmée et validée en de nombreuses occasions.

Cet exercice provient du site Web de Turning The Tide :
http://www.turning-the-tide.org/resources/manual/powerchange#full_list.