Image linked to donate page Image linked to Countering the Militarisation of Youth website (external link) Image linked to webshop

Benutzeranmeldung

Interface language

Diaspora link
Facebook link link
Twitter link
 

Guide pour l'étude de cas d'une campagne

Il est important de rassembler les informations portant sur les campagnes elles-mêmes afin de pouvoir tirer profit de leur expérience. De même que nous nous sommes nourris des campagnes non-violentes menées partout dans le monde depuis des années, donner des informations sur nos propres luttes et expériences pourra aider d'autres personnes, ailleurs et plus tard. Initialement conçu pour les études de cas dans le cadre de l'autonomisation sociale non-violente promue par l'IRG, ce guide peut être utilisé par une personne seule ou un groupe afin de déterminer les informations nécessaires pour bâtir l'étude de cas d'une campagne. Ce guide peut aussi servir à nous rappeler ce que nous devons prendre en compte lorsque nous organisons une campagne.

Vue d'ensemble

Nature de la campagne/du mouvement : Quelle était/quelle est la question en jeu ? Quand la campagne/le mouvement a-t-il commencé/fini ?

Contexte géographique et (brièvement) historique.
Participant/e/s : Qui (classe sociale, ethnie/communauté, genre, groupe religieux, âge, compétences, autres) a fait bouger les choses à différentes étapes du mouvement ?

Chronologie

Point de départ.
Y a-t-il eu différentes étapes ?

Y a-t-il eu des moments particuliers de développement ?

Quels ont été les points culminants ?

Quels autres éléments ont-ils joué un rôle-clé ?

Non-violence

La volonté d'éviter la violence était-elle visible de l'extérieur ?

Cette question a-t-elle été débattue ? Une décision a-t-elle été prise sur la façon de procéder ?

La politique de non-violence a-t-elle fait l'objet d'une déclaration publique ?

Dans l'affirmative, qu'était-il entendu par « non-violence » ?

Y a-t-il eu un consensus sur ce point ? De quel type étaient les divergences qui se sont exprimées sur cette question ?

Quelles mesures a-t-on prises pour appliquer une politique de non-violence ?

La campagne a-t-elle été vue comme ayant rapproché de la non-violence les valeurs de la société ?

Y a-t-il eu des sources d'inspiration spécifiques pour certains types d'action ou façons de s'organiser ?

Moyens

Quel a été l'usage fait des canaux officiels, du lobbying, des processus électoraux ou des mécanismes constitutionnels, et avec quel résultat ?

Comment avez-vous essayé d'utiliser les médias « grand public » ?

Quel rôle ou quelle influence cela a-t-il eu ?

Comment avez-vous essayé de développer ou d'utiliser votre propre moyen de communication ou les médias alternatifs ? Quel a été le résultat ?

Votre mouvement a-t-il essayé de mettre en place des alternatives ? Que s'est-il passé ?

À quel type de moyens avez-vous recouru pour bâtir une culture de mouvement ou le sentiment de l'existence de liens ? Quels effets avez-vous obtenus ?

Avez-vous utilisé le refus de coopérer comme tactique ?

À quel stade ?

Avec quel résultat ?

Avez-vous essayé de gêner directement ou de bloquer une activité contre laquelle vous meniez campagne ?

À quel stade ?

Avec quelle approche ?

Qui y a participé et comment ?

Avec quels résultats ?

Comment avez-vous utilisé les moyens conventionnels de protestation ?

Comment les avez-vous associés à d'autres méthodes ?

Organisation

La campagne/le mouvement s'est-il mis d'accord sur une structure formelle ?

Quelles structures informelles ont-elles joué un rôle important ?

La campagne/le mouvement avait-il le souci de disposer d'une structure participative, tant pour l'organisation que pour la prise de décision ?

Quel ont été les liens de la campagne/du mouvement avec d'autres groupes/mouvements ?

Quelle importance avez-vous accordé à la construction d'une coalition?
Avec quels critères pour s'allier ?

Comment le mouvement a-t-il répondu aux besoins des militant/e/s en termes d'apprentissage, de développement, de soutien, d'enrichissement de leur engagement ?

Comment le mouvement a-t-il affronté la possible contradiction entre la sécurité nécessaire et la volonté de participation ?

À quel genre de répression le mouvement s'attendait-il à devoir faire face ?

Quelles dispositions a-t-il prises pour soutenir les personnes les plus affectées ?

Le calendrier du mouvement et son concept du développement stratégique ont-ils été clairs ?

Comment le mouvement a-t-il développé ses ressources (humaines, sociales, économiques) ?

Objectifs et résultats

Quels étaient les objectifs initiaux de la campagne/du mouvement ?

Comment ces objectifs ont-ils évolué ?

Pour quelles raisons ?

L'autonomisation des participant/e/s était-elle un objectif ?

Dans quelle optique ?

Quelle forme les objectifs ont-ils prise, par exemple quel genre de slogan ?

La campagne/le mouvement a-t-il eu la souplesse lui permettant de revoir ses objectifs, en réagissant par exemple à des événements spécifiques, ou de les bâtir en fonction des résultats ?

Quel changement la campagne/le mouvement attendait-il de la part de l'institution détentrice du pouvoir ou de celles/ceux tirant bénéfice de leur position dominante (par exemple, qu'elles/ils soient convaincu/e/s, qu'elles acceptent certaines demandes, qu'ils se voient contraints d'en accepter, qu'ils se désintègrent/se dissolvent) ?

Jusqu'à quel point les objectifs à court, moyen et long terme ont-ils été atteints ?

Quels ont été les effets indirects (à la fois positifs et négatifs) ?

L'adversaire a-t-il commis des erreurs ayant significativement facilité la cause de la campagne/du mouvement ?
Autonomisation

Toutes les questions précédentes sont liées d'une façon ou une autre à l'autonomisation, mais cette dernière partie y revient en se centrant sur cet aspect. Les réponses doivent cerner les dimensions du pouvoir à l'intérieur de soi-même, du pouvoir partagé et du pouvoir en relation aux personnes ou aux choses.
Qui a été autonomisé ?

À être ou à faire quoi (se joindre à, partager une responsabilité, prendre une initiative, entretenir son militantisme) ?

Qu'est-ce qui a contribué à ce sentiment d'autonomisation (par exemple une formation, la confiance du groupe, la conquête d'objectifs stratégiques) ?

Comment l'expérience des différentes étapes d'un mouvement a-t-elle affecté le sentiment d'autonomisation ?

Qu'en est-il des participant/e/s qui ne sont pas senti/e/s autonomisé/e/s ?

Pourquoi ne l'ont-elles/ils pas été (en raison de facteurs internes ou externes) ?

Comment les stratégies d'autonomisation ont-elles été débattues ou construites au niveau personnel, au niveau du groupe et au niveau social ?

Une perte d'autonomie a-t-elle été éprouvée par un·e/des participant/e/s ou groupe et, si oui, de quelle façon ?

Quel effet cela a-t-il eu sur la campagne ?